Jigoro KANO, fondateur de l’école du JUDO KODOKAN, a résumé ainsi son entreprise :

"Le Judo est l’élévation d’une simple technique à un principe de vivre".

"En étudiant le Judo, il est essentiel d’entraîner le corps et de cultiver l’esprit à travers la pratique des méthodes d’attaque et de défense, et ainsi de maîtriser son principe."

  

Sport d’équilibre, sport éducatif, sport de défense, le Judo est adapté à toutes les tranches d’âge.

Véritable sport éducatif, le Judo permet à chacun de devenir plus adroit, plus souple, plus fort mais aussi d’apprendre à respecter des règles, découvrir l’entraide, évaluer ses forces et ses faiblesses pour progresser.

 

Le Judo est un sport pour tous qui procure un véritable équilibre. Activité de détente et de plaisir, le Judo est une discipline basée sur l’échange et la progression. L’apprentissage se fait de manière progressive en fonction des aptitudes de l’individu, ce qui permet à chacun d’évoluer à son rythme.

Pour les enfants 4-5 ans, la Fédération a mis en place l’éveil Judo (Baby judo). Pédagogie adaptée qui permet le développement physique et intellectuel des très jeunes pratiquants. Le programme éveil-judo est délibérément construit, autour de l’intérêt de l’enfant, pour faciliter ses futurs apprentissages du judo et des activités sportives et artistiques en général.

 

Le meilleur emploi de l'énergie

Dans sa pratique le judoka est à la recherche du meilleur emploi de l’énergie physique et mentale. Ce principe suggère l’application à tout problème de la solution la plus pertinente : agir juste au bon moment, utiliser la force et les intentions du partenaire contre lui-même.

Il incite à une recherche constante et dynamique de perfection.

 

Entraide et Prospérité mutuelle

En Judo, les progrès individuels passent par l’entraide et par l’union de notre force et de celle des autres. 

La présence du partenaire, du groupe est nécessaire et bénéfique à la progression de chacun.

 

 

D'où vient le Judo ?

Le judo (柔道, jūdō?, littéralement voie de la souplesse) est un art martial et un sport de combat d'origine japonaise (budō), fondé par Jigoro Kano en 1882. Il se compose pour l'essentiel de techniques de projection, de contrôle au sol, d'étranglements et de clefs. Le lieu où l'on pratique le judo s'appelle le dojo (道場, dōjō?, littéralement lieu d'étude de la voie). Les pratiquants (les judokas) portent une tenue en coton renforcée appelée judogi, souvent appelée à tort kimono, qui est le nom générique de la tenue traditionnelle japonaise. Le judogi est généralement blanc, mais pour faciliter la distinction entre les combattants dans les compétitions, un judoka peut avoir un judogi bleu à tous les niveaux de compétitions (si le judoka n'a pas de judogi bleu, la distinction se fera à l'aide de ceinture rouge ou blanche). 

 

Pour les compétitions à partir du niveau national, l'un des deux judokas doit revêtir un judogi bleu. Le judo se pratique pieds nus sur un tatami. Le judo est un sport olympique.

 

 

 

Histoire

Jigoro Kano naquit le 28 octobre 1860 près de Kobe. De santé fragile mais d’une intelligence très ardente, il fut surnommé lorsqu’il était enfant "Nobe no Suke" d’après le nom d’un samouraï (guerrier de haut rang) qui, comme lui, était fin et fragile.

 

Le jeune Kano était brillant dans ses études mais, de par sa constitution menue, il ne pouvait pratiquer les activités sportives de l’époque et était continuellement confronté aux moqueries et aux mauvais traitements de ses camarades plus robustes que lui. Il décida alors de se fortifier physiquement en suivant un programme de développement musculaire basé sur la gymnastique. Jigoro Kano, est petit et chétif (49kg) du fait de sa santé fragile. Il décida de s’adonner au sport pour se développer le corps. 

C’est à l’âge de 17 ans qu’il poussa pour la première fois les portes d’un Dojo de Ju-Jitsu qui avait survécu, car à l’époque cet art martial avait complètement perdu de son prestige. 

C’est à partir de ce moment, alors qu’il était étudiant à l’Université de Tokyo, qu’il décida d’étudier un style de Ju-Jitsu : le Tenjin Shinyo-ryu, enseigné par maître Fukada. Des archives secrètes attestaient que sa fondation avait été le fait de trois samurai. Il fut tout d’abord surpris puis ensuite passionné pour cet art martial et progressa très rapidement car maître Fukada avait peu d’élèves. Jigoro Kano remonte dans le passé à l’heure où la jeunesse japonaise ne s’intéresse plus qu’au moderne.

 

Il apprit les techniques du sumo et redécouvrit l’ancien art des saisies (kumi-uchi) qui aboutira au travail primordial du kumi-kata en judo. De toutes ses recherches et études, il fit une synthèse et décida de créer son propre Dojo. Cela se fit en 1882, à côté du petit temple shintoïste où il avait élu domicile, il crée le judo du Kodokan (judo de "l’institut du Grand Principe") et ouvre son premier dojo dans ce petit temple avec 9 disciples évoluant sur 12 tatamis. Mais la solidité du vieux bâtiment est mise en danger par la violence des chutes sur les tatamis et il fallut très vite construire un nouveau dojo à l’extérieur. Le Kodokan déménagea plusieurs fois.

 

 

L’ascension du Judo

Les débuts sont difficiles, mais en 1886 la rencontre organisée par le chef de la police de Tokyo entre les écoles kodokan-judo et jujitsu-totsuka démontre l’éclatante supériorité du judo. C’est alors que d’autres écoles de judo vont se créer.L’ascension est irrésistible : le judo devient un sport scolaire obligatoire ; en 1919, le kodokan est reconnu comme institution nationale. 

En 1934, Kanô organise le premier Championnat National de Judo. Parallèlement à sa carrière sportive, Kanô mène une brillante carrière universitaire. Son ambition est d’élever le judo au rang de sport international. Il assiste aux jeux Olympiques d’Anvers (1920), d’Amsterdam (1928), de Berlin (1936), et obtient l’attribution des 12e jeux Olympiques (1940) au Japon (mais la guerre s’opposera à leur déroulement). Kanô meurt en 1938. Le Japon compte alors près d’un million de judokas. 

Après la défaite du Japon, les arts martiaux sont interdits par les Américains, qui bientôt seront à l’origine du nouvel essor du judo, prodiguant à leurs troupes l’enseignement des maîtres du kodokan. Le judo s’étend à l’Europe, à l’Amérique, à l’Asie, à l’Océanie, à l’Afrique du Nord. En 1951, la Fédération Internationale du Judo est créée. Le premier Championnat du Monde a lieu à Tokyo en 1956. En 1960, le judo est inscrit au programme des Jeux Olympiques.

 

 

 

En France 

En France, le judo apparaît dans les années trente, mais il se développe surtout après la Deuxième Guerre Mondiale sous l’impulsion de Maître KAWAISHI et de Paul BONET-MAURY, Président-Fondateur de la Fédération Française de Judo en décembre 1946.

 

Franchi en 2003, le cap des 580 000 licenciés place désormais la FFJDA comme la troisième Fédération « Olympique » en France. Cette réussite est l’histoire d’une passion partagée depuis toujours par tous les acteurs du Judo français, dirigeants, professeurs et pratiquants dans le respect des valeurs morales conformes à l’éthique du Judo.

 

 

Dans le monde 

A partir des années 60, le courant sportif devient dominant. Le judo est inscrit au programme des Jeux Olympiques de Tokyo en 1964. Brillants lors des compétitions européennes, les judokas français obtiennent leurs premiers succès en 1972 aux Jeux de Munich, puis au Championnat du Monde de Vienne en 1975 où Jean-Luc ROUGE devient le premier champion du Monde français. Depuis, les résultats français n’ont fait que progresser tant chez les garçons que chez les filles. En 2000, aux Jeux Olympiques de Sydney, David DOUILLET devient le judoka le plus titré de tous les temps. (4 fois Champion du Monde et 2 fois Champion Olympique). Actuellement, Teddy RINER, 8 fois Champion du Monde.

Le Judo, Art martial japonais, le Judo est devenu aujourd’hui l’un des sports de combat les plus pratiqués dans le monde entier.